Deuxième nuit (la)

À la mort de sa mère un cinéaste réalise un film pour voir à quel point cette disparition a changé sa vision du monde. C’est l’occasion pour lui de revenir sur la relation qu’il a entretenue avec elle : une relation qui a fait de lui un individu libre en tant qu’homme et en tant que cinéaste.

Deuxième nuit (la)

Housewarming

Vous souvenez-vous de Boucles d’or? Le conte de cette petite fille qui s’est perdue dans la forêt? Affamée, elle aboutit dans une petite maison dont la porte est ouverte, y entre, s’assoit sur leurs chaises, mange le porridge des trois ours laissé sur la table, puis, fatiguée, s’endort dans un de leurs lits. House Warming est l’histoire d’une Boucles d’or contemporaine. Fatiguée de l’abondance, affamée d’un peu de faim, elle quitte le confort de son pays et part à la recherche du manque. Un jour elle arrive dans un endroit où elle ne trouve que de l’absence. Les maisons sont vides, pas de trace d’habitants. Il n’ y a pas de chaises, pas de tables, pas de lits. En fait, il n y a même pas de murs.

Housewarming

Kolwezi on air

Aux quatre coins de la République Démocratique du Congo prolifèrent de petites radio-télévi- sions locales. Indépendantes du pouvoir, proches des habitants et de leurs difficultés de vie, elles connaissent une large audience. Au Katanga, la chaîne RTM@ est particulièrement appréciée. Ses journalistes y font courageusement leur métier. Chaque jour, ils jonglent avec la censure et ra- content avec une profonde dignité ce qu’est la vie dans l’une des villes minières les plus riches du pays, Kolwezi.

Kolwezi on air

27 fois le temps

Ancré en Polynésie, au cœur du Pacifique sud, ce film vagabond traverse les frontières et les siècles pour explorer le temps et ses représentations. Surgissent une constellation d’histoires où se ren- contrent les sciences d’aujourd’hui et les mythes d’hier, la politique et la poésie, les rêves et l’his- toire. Il se pourrait bien qu’à la fin du voyage, le temps ne soit plus du tout ce qu’il semble être.

27 fois le temps

Besos frios

À la périphérie de Bogota, Les échos de jeunes voix se propagent. Leonardo, Omar, Jaime, Estiven, Diego et tant d’autres sont toujours là, malgré leur assassinat par l’armée, il y a six ou sept ans. Ils viennent visiter leurs mères et les embrassent, Leurs lèvres sont fraiches comme des glaçons. Ils sont des âmes benies, veillant sur ceux qu’ils aiment.

Besos frios

I don't belong anywhere

Cinquième titre de la Collection Cinéastes d’aujourd’hui, I don’t belong anywhere, le cinéma de Chantal Akerman, réalisé par Marianne Lambert, évoque quelques uns des 40 films de cette cinéaste majeure dont le très emblématique Jeanne Dielman.De Bruxelles à Paris, de New-York à Tel-Aviv, celle-ci nous emmène sur ses lieux de pérégrination. « Ma vie est toute trouée, pleine de blancs », dira-t-elle.Cinéaste nomade, expérimentale, elle nous fait partager son parcours cinématographique qui n’a cessé de questionner le sens de son existence au risque de chercher son public ou de s’y confronter.Avec sa monteuse, Claire Atherton, elle précise les origines de son langage et de ses partis-pris esthétiques. Un cinéma encore vivant tant il a influencé nombre d’artistes, comme en témoigne le réalisateur américain Gus van Sant.

I don't belong anywhere

Noche Herida

Français ou Anglais

Déplacée de sa campagne par la violence, Blanca occupe depuis peu un baraquement à la frontière de Bogota avec 3 de ses petits-fils. En pleine crise d’adolescence, Didier, l’ainé, s’éloigne déjà vers l’incertain. Avec l’aide des âmes bénites, Blanca se bat pour le protéger à distance, et veille sur les deux plus jeunes, John et Camilo, de peur qu’ils ne s’égarent eux aussi… 

Noche Herida

S'enfuir

VO.FR ST-EN

Albert Huybrechts est un compositeur belge né en 1899. Sa condition de prolétaire et sa mort prématurée ne lui laissèrent pas le temps de faire connaître sa musique, pourtant remar- quable. Aujourd’hui, on redécouvre sa vie et son œuvre, comme une lettre qui aurait glissé sous un meuble et que l’on retrouve septante ans plus tard. Au fur et à mesure du récit, nous percevrons alors en filigrane la présence d’un jeune frère à travers le regard et l’amour duquel révèlera l’intimité funeste du musicien. Grâce à une forme libre, mélange de musique, de voix, d’archives, d’inventions et de réel, le film pro- pose un portrait de cet artiste inaltérablement moderne et du rôle que peut jouer la création dans une vie.

S'enfuir

Tourmentes (les)

VO. ST-EN/FR

La tourmente est une tempête de neige qui sévit sur les Monts Lozère. Elle égare ceux qui se trou- vent pris en son sein. A partir des récits et de la vie de ceux qui la connaissent, qui l’ont éprouvée, qui la craignent, ce film révèle, au travers de cet inci- dent climatique, les tourments des hommes ainsi que la relation intime qui les unit à la nature.

Tourmentes (les)

Fleurs de l'ombre (les)

VO.Ro ST-FR/EN

Braila, delta du Danube, Roumanie. Au cœur de l’été, des femmes issues des quatre coins du pays se réunissent au Grand Hôtel de la ville. L’en- jeu de ce rassemblement ? Une compétition annuelle de Miss. Un concours de beauté parmi tant d’autres... à ceci près que seule compte la beauté intérieure. Et pour cause : organisateurs et concurrentes sont tous handicapés de la vue.

Fleurs de l'ombre (les)

Nuit qu'on suppose (la)

A quoi ressemble le monde pour ceux qui ne le voient plus ? Qu’y-a-t-il dans cette nuit sans fond que l’on imagine tous ? Brigitte, Danielle, Hed- wige, Bertrand & Saïd ont perdu la vue à différents stades de leurs vies. En explorant leurs univers, le film pose la question du regard et du lien que nous établissons avec nos sens, le monde et les autres.

Nuit qu'on suppose (la)

Cochihza

VO.ESP ST-FR&EN

Cochihza : “elle éveille celui qui dort”, dit-on de l’hirondelle cuicuitzatl, en nahuatl, la langue des ancêtres. Beaucoup de mots nahuas dérivent de cette racine cochi - dormir. Exprimant tant le som- meil que le rêve, s’étirer, s’étendre, le repas du soir, la subsistance, le cocon que fabriquent les chenilles, les cils, se retirer, bailler, faire l’amour à une femme, dormir auprès d’elle, l’endroit où on dort, s’éveiller, faire semblant de dormir...

Cochihza

Belle de nuit

Grisélidis Réal est un météore. Sa vie est digne d’un roman. Elle s’est prostituée dans les bordels munichois, aux bras de G.I. Noirs. Elle a trafiqué de la marijuana. Elle a fait de la prison. Dans les années 70, elle devient “la Catin révolutionnaire”. Elle écrit : “la Prostitution est un Art, une Science et un humanisme”. L’amour fou l’a consumée. Ses clients aussi. Grisélidis peint, elle dessine et écrit sa vie qu’elle invente à chaque instant. Tout avec elle, devient précieux, passionné, passionnant, bouleversant, fou. Grisélidis, c’est la révolte. C’est la femme sauvage qui traverse la nuit en hurlant, parée, fardée, sublime.

Belle de nuit

Collection qui n'existait pas (la)

VO. ST-EN

En juin 2011, Herman Daled décide de se séparer de sa collection d’art conceptuel. Le MOMA de New-York lui a proposé de la racheter. L’homme se retourne sur son passé, celui d’un courant esthétique et philosophique qui a marqué la 2e moitié du XXe siècle. Explorant ce mouvement, le film choisit de tendre un miroir entre un homme et une philosophie.

Collection qui n'existait pas (la)

Wim

Le danseur, chorégraphe et metteur en scène Wim Vandekeybus a grandi dans une grande famille, avant de fonder sa propre famille créative : la compagnie de danse Ultima Vez. Il est père de deux fils. Dans Wim, Lut Vandekeybus explore la créativité fébrile de son frère et la manière dont les dif- férentes familles de sa vie se rencontrent, s’inspirent et se confrontent. À partir de matériel issu de représentations, de répétitions, d’entretiens et des riches archives familiales, elle dresse un portrait intime de Wim. Un regard poétique et subtil sur une vie rythmée par la pulsion créative.

Wim

Dal ritorno

Cher Silvano, quand on s'est rencontrés, un soir de décembre, tu m'as demandé de t'accompagner. Tu voulais revenir là, au lieu d'où tu avais survécu. Je suis toujours là-bas, tu me disais. En vie, seul dans l'incrédulité de l'existence. Nous avons commencé le voyage. Tu as dû survivre, à nouveau. » Silvano Lippi était un soldat italien en Grèce, en 1943. Prisonnier des Allemands, déporté à Mauthausen, affecté aux Sonderkommando. Le film lui est adressé, depuis le retour.

Dal ritorno

Entre ici et là-bas

Maison de repos et de soins spécialisée pour des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Anna, Madame Lemaire, Dorothée, Madame Des Rides, Madame La Marquise sont chez le coiffeur. Un visage d’une femme qui perd la mémoire... D’autres visages. “Chack”... “Chack”... Au rythme des coups de ciseaux, le temps passe, se casse, s’arrache, zigzague, tombe, s’effile. Sur le fil. Au rythme des coupes, des paroles, des gestes, des regards, des moments de révolte et de colère, une mimique, un poème... Un film de visages. Leurs visages.

Entre ici et là-bas

Chemins de Jorge (les)

Dans un village reculé du nord du Portugal, une flûte se fait entendre au loin dans le paysage bru- meux du matin. Une couturière joue avec une paire de ciseaux devant sa porte. La même mu- sique résonne dans les ruelles du centre-ville de Braga. Un boucher attend devant son établisse- ment, un couteau dans chacune de ses mains. Un homme muni d’une flûte de Pan apparaît au loin. Il joue et avance lentement au côté de sa moto. Il s’agit de Jorge, aiguiseur de couteaux, qui, depuis deux mois, n’était pas passé par là.

Chemins de Jorge (les)

Karaoké domestique

VO. FR ST EN / ESP

Dans toutes les maisons, quelqu’un doit ranger, lessiver, nettoyer. Mais qui ? Karaoké Domestique est une performance, et une expérience : celle d’articuler les paroles - de me mettre à la place - de trois duos de femmes dont l’une fait pour l’autre le travail ménager qui sinon lui incomberait.

Karaoké domestique

Before we go

VO.FR&EN ST-FR/EN

Lidia, Marie, Noël et Michel sont en partance. Chacun est atteint d’une maladie spécifique. Ils savent que leurs jours sont comptés. Ils quittent leur lieu de vie pour investir les espaces labyrin- thiques d’une maison d’opéra. C’est là qu’ils vont interroger la frontière qui les sépare des morts, explorer ce qui les maintient si vivants malgré tout. Meg, Benoît et Simone, trois artistes cho- régraphes, se joignent à eux : ensemble, ils enta- ment un processus de création pour rendre per- ceptible ce fil ténu et précieux de l’existence sur lequel chacun de nous marche. Ils oeuvrent par- fois de jour, parfois de nuit, ils rêvent, s’éveillent, se maquillent, jouent et dansent, se parlent, échangent avec leur médecin. Autour d’eux, vivent d’autres artistes, des régisseurs, des arti- sans, des techniciens. Ensemble, ils font corps et évoluent avec la grâce de leur fragilité.

Before we go

Ongles rouges

Ongles Rouges raconte le trajet singulier que font ensemble 7 femmes. L’une est dehors, les autres sont dedans. L’une face à la mer, les autres en situation d’enfermement. Au fil des ans, de leurs lettres, de leurs rencontres, il est question de gestes quotidiens, de mémoire, de corps intime et social. Ensemble elles évoquent leurs actions journalières, leurs rituels, leurs liens, leur état de femme, de fille, de mère et les marques du temps sur leurs peaux. Au fil du film se tisse un langage commun, une chorégraphie sensible et l’espace d’une vie à venir.

Ongles rouges

Seconde fugue d'Arthur Rimbaud (la)

VO.FR & VO. ST-EN

Cinq des plus célèbres sonnets du poète Arthur Rimbaud ont probablement été écrits au cours de sa seconde fugue, de Charleville-Mézières en France jusqu'à Charleroi en Belgique, en octobre 1870. Suivant son parcours et confrontant les textes au paysage et à ses habitants, le film dresse un portrait de la vallée de la Meuse et du pays carolo résonnant avec les émerveillements, les nostalgies et les désastres traversés par Rimbaud. 

Seconde fugue d'Arthur Rimbaud (la)