Dans les yeux de Médor

Face à un monde qui bouge, le journalisme d’investigation vit des transformations profondes. Avec Inter- net et les réseaux sociaux, l’accélération du rhythme de travail, des manipulations de l’information et la menace des extremismes et populismes, il devient de plus en plus difficile de défendre un travail d’information de qualité. En créant le trimestriel Médor, un groupe d’une ving- taine de journalistes et graphistes essaie d’enrichir le paysage de la presse belge francophone avec des enquêtes et des récits. Leurs interrogations sont emblématiques de leur métier et universelles. De quelle manière faire du journalisme, et comment rester indépendant ? Est-ce encore possible et économiquement viable ?

Femmes prêtres au Vatican

Des femmes ont décidé de défier le Vatican et de devenir prêtres catholiques. Elles sont aujourd’hui une centaine à travers le monde. Elles célèbrent des messes, malgré le désaccord de l’Eglise. Un film politique et féministe sur un sujet jamais abordé. Un voyage avec des femmes libres dans le dernier bas- tion de la misogynie.

Mitra

Décembre 2012 : répondant au SOS de sa collègue Mitra Kadivar, le psychanalyste Jacques-Alain Miller tente par échanges de mails de la libérer d’un hôpital psychiatrique à Téhéran. À partir de cette correspondance saisissante, le film rend compte du combat de Mitra pour être entendue, et en propose une interprétation lyrique : les emails sont mis en musique et en voix par une équipe artistique en répétition, faisant de Mitra l’héroïne tragique d’un ciné-opéra documentaire. Ce travail de création est nourri par celui que mènent les patients d’un centre psychiatrique en France. Par le tissage d’écrits, de récits et de chants, tous entrent en résonance avec l’histoire de Mitra.

Totems et tabous

La caméra s’avance lentement dans ce majestueux palais vide... Sur plus de 300 colonnes, le « L » du Roi Léopold II, fondateur du Musée Colonial belge de Tervuren, au début du XXe siècle. Il a été le « génocidaire » de son propre royaume, l’Etat Indépendant du Congo. Après plus d’un siècle, ce Musée, héritier des collections les plus riches du monde sur l’Art africain, rouvrira ses portes à l’automne 2017, après une rénovation de plus de 10 ans. Il fait déjà l’objet de beaucoup de polémiques internationales, critiqué de toute part pour les vols et pillages composant ses richesses. Est-ce que beaucoup de musées dans le monde ne sont pas le résultat de pillages et devraient aussi se remettre en question ?

Vacancy

SA, 2016. Un phare dans la nuit moderne : le motel. Espace de transit, le motel abrite toute une population de laissés-pour-compte, d’humains à la dérive ; refuge pour les oubliés de l’american dream, qui, de crise en crise – économiques et personnelles, se sont vus dépossédés de tout. Dans l’incapacité de s’acquitter d’un loyer, d’une caution, ils se retrouvent à vivre dans des motels où l’on peut payer au jour le jour. Il y a ceux qui ont tout quitté. Il y a ceux qui ont tout perdu. Il y a ceux qui ne se rappellent plus bien, aspirés par la survie quotidienne. Il y a ceux qui rêvent encore. Tous s’y arrêtent, au départ juste le temps d’une nuit. Mais rapidement, ce qui semblait provisoire devient permanent, et le refuge se transforme en piège. (...) Portrait d’une Amérique désenchantée. Plongée dans ses abysses.

Faites sortir les figurants

Le figurant est un décor vivant. Chaque fiction, chaque histoire demande des acteurs, des décors et costumes et une masse d’humains anonymes qui traversent ces décors. N’importe qui peut être figurant puisqu’on demande au figurant de n’être personne. Mais que révèle au fond le statut de figurant? Qui se cache derrière ces « étiquettes », quels humains, quelle part d’humanité ? C’est sur cette idée de la figuration comme métaphore de la fragmentation du corps social que ce film se construit.

Philippine (la)

Chaque année, environ 200.000 femmes quittent les Philippines pour travailler comme domestiques. Elles se rendent dans le monde entier, vers des pays riches industrialisés. Aux Philippines, chaque femme désireuse de quitter le pays en tant que travailleuse domestique doit suivre une série complète de formations, validée par un Certificat National de Services Domestiques. Le film s’intéresse à ce programme institué par le gouvernement, qui définit précisément les caractéristiques d’une travailleuse domestique philippine. En contre-point les témoignages de travailleuses revenues de l’étranger.