Deuxième nuit (la)

À la mort de sa mère un cinéaste réalise un film pour voir à quel point cette disparition a changé sa vision du monde. C’est l’occasion pour lui de revenir sur la relation qu’il a entretenue avec elle : une relation qui a fait de lui un individu libre en tant qu’homme et en tant que cinéaste.

Deuxième nuit (la)

Kolwezi on air

Aux quatre coins de la République Démocratique du Congo prolifèrent de petites radio-télévi- sions locales. Indépendantes du pouvoir, proches des habitants et de leurs difficultés de vie, elles connaissent une large audience. Au Katanga, la chaîne RTM@ est particulièrement appréciée. Ses journalistes y font courageusement leur métier. Chaque jour, ils jonglent avec la censure et ra- content avec une profonde dignité ce qu’est la vie dans l’une des villes minières les plus riches du pays, Kolwezi.

Kolwezi on air

27 fois le temps

Ancré en Polynésie, au cœur du Pacifique sud, ce film vagabond traverse les frontières et les siècles pour explorer le temps et ses représentations. Surgissent une constellation d’histoires où se ren- contrent les sciences d’aujourd’hui et les mythes d’hier, la politique et la poésie, les rêves et l’his- toire. Il se pourrait bien qu’à la fin du voyage, le temps ne soit plus du tout ce qu’il semble être.

27 fois le temps

Donna Haraway

Story Telling for Earthly Survival

Donna Haraway, éminente philosophe, primatologue et féministe, a bousculé les sciences sociales et la philoso- phie contemporaine en tissant des liens sinueux entre la théorie et la fiction. Elle s’est fait connaître à partir des années 1980 par un travail sur l’identité qui, rompant avec les tendances dominantes, œuvre à subvertir l’hégé- monie de la vision masculine sur la nature et la science. L’auteure du Manifeste Cyborg est aussi une incroyable conteuse qui dépeint dans ses livres des univers fabuleux peuplés d’espèces transfuturistes. Le réalisateur Fabrizio Terranova a rencontré Donna Haraway chez elle en Californie. À partir de discussions complices sur ses recherches et sa pensée foisonnante, il a construit un portrait cinématographique singulier qui immerge le spectateur dans un monde où la frontière entre la science-fiction et la réalité se trouble. Le film tente de déceler une pensée en mouvement, mêlant récits, images d’archives et fabulation dans la forêt californienne.

Donna Haraway

Ma fille Nora

Nora, la fille de Samira, est partie en Syrie en mai 2013. Depuis, sa mère remue ciel et terre pour la faire revenir à la maison. « Ma fille Nora » est une lettre de Samira à sa fille Nora. Il suit Samira, son combat pour empêcher d’autres jeunes de partir, son voyage à la frontière syrienne et son doulou- reux quotidien, déchiré entre l’espoir et la peur de perdre sa fille dans la guerre en Syrie.

Ma fille Nora

Une vie contre l'oubli

André Dartevelle

André Dartevelle, journaliste et réalisateur belge, a construit pendant plus de 40 ans une œuvre « en résistance », donnant inlassablement la parole aux opprimés. Témoin des conflits du monde, attaché aux questions de société en Belgique et plus généralement au travail de mémoire, il aura mis en lumière les grands combats sociaux et politiques de son temps. A travers son témoignage et celui de ses collaborateurs, il revient avec force sur les moments clés de notre histoire contemporaine.

Une vie contre l'oubli

Impressions Morisot

Ce film est constitué des étapes de mon voyage, dans l’espace et dans le temps, à la recherche de l’oeuvre et de la personnalité de Berthe Morisot (1841-1895). Longtemps seule femme du groupe des impressionnistes, Berthe Morisot en fut le centre et le lien. Auteure d’une oeuvre forte et novatrice, elle dut s’inventer un chemin, à une époque où les femmes n’étaient pas admises à l’Ecole des Beaux-Arts, et réussit à se faire une place aux côtés de Renoir, Monet, Degas,... J’ai mis mes pas dans les siens à la rencontre de sa peinture, de ses oeuvres graphiques, de ses textes et des pay- sages et maisons, où elle a vécu et travaillé. Autant d’éléments de la construction d’un portrait.

Impressions Morisot

Wim

Le danseur, chorégraphe et metteur en scène Wim Vandekeybus a grandi dans une grande famille, avant de fonder sa propre famille créative : la compagnie de danse Ultima Vez. Il est père de deux fils. Dans Wim, Lut Vandekeybus explore la créativité fébrile de son frère et la manière dont les dif- férentes familles de sa vie se rencontrent, s’inspirent et se confrontent. À partir de matériel issu de représentations, de répétitions, d’entretiens et des riches archives familiales, elle dresse un portrait intime de Wim. Un regard poétique et subtil sur une vie rythmée par la pulsion créative.

Wim

Boli Bana

La nuit, le jeune Ama et sa bande voyagent dans la brousse de Boli Bana. Des bêtes immenses et bienveillantes les accompagnent. Ils se jaugent, se cherchent, s’apprivoisent. Le jour, la jeune Aissita est l’attention du village de Boli Bana. Une sorcière est venue pour un rituel : Assista rentre dans l’âge adulte. A travers les yeux de ces enfants se dessine l’histoire d’un monde nomade et mystique. Une enfance peulhe au Burkina Faso.

Boli Bana

Forains (les)

En suivant des membres de la communauté foraine dans leur grande tournée annuelle en Wallo- nie, en Flandre et à Bruxelles, « Les forains » nous invite à passer de l’autre côté du décor de cette grande kermesse itinérante. A l’heure où la foire est toujours un peu plus exclue des centres villes, nous partageons le quotidien de ceux qui en vivent et en portent l’héritage.

Forains (les)

Lions (les)

Mourit, Andre, Vincent et Joe sont de grands leaders du Lions Club, parmi eux un seul est blanc. Le réalisateur les suit au Bénin et à Brazzaville lors de leurs réunions de contrôle des clubs. Ils s’occupent autant du bon règlement des cotisations qu’au respect strict du protocole, du chant de l’hymne, du port de l’uniforme. Ce qui se dessine à travers ses réunions c’est la motivation extraordi- naire au sein des clubs du Continent Africain. Le but est de devenir un continent Indépendant au sein du Lions Club International,en s’affranchissant de la tutelle Indienne et Libanaise, pour cela il faut recruter encore plus de membres. Ce combat associatif devient un enjeu national et panafricain car les Lions Africains sont aussi des acteurs économiques et politiques de premier plan.

Lions (les)

Oltramare

Colonies fascistes

Dans l’Italie fasciste des années 30, le petit village de Borgo voit une partie de ses habitants, poussés par la misère ou l’esprit d’aventure, émigrer dans les colonies de «L’Empire Italien d’Afrique». Ils s’en vont chercher l’Eldorado que la propagande fasciste leur a promis. Leur rêve se brise après quelques années seulement. La guerre et la chute du régime entraînent la perte des Colonies, les obligeant à revenir à Borgo, après avoir tout perdu. Cette épopée nous est dévoilée par les mots, les mémoires écrites et les centaines de photos de quelques témoins. L’histoire se déploie dans un parcours intime qui nous révèle une parole longtemps tue. Une aventure coloniale vue de l’intérieur.

Oltramare

Beune (la)

Journal de l’hiver 2003 à la Beune. Ma mère, vit seule dans ce hameau du Périgord. Elle regarde encore bien souvent par la fenêtre, en vain. Le silence s’est installé autour de la ferme des voisins, René et Jacquie, depuis leur départ. A la maison de retraite René regarde inlassablement le ciel, chaque jour changeant.

Beune (la)

Deux visages d'une femme bamileke (les)

Ce film raconte le retour d’une jeune femme dans son pays d’origine, le Cameroun, ses retrouvailles avec sa mère, retrouvailles construites autour des espaces revisités de leurs deux vécus. Deux parcours différents qui se croisent autour des traditions qui fondent leurs deux personnalités. A la recherche des sentiments enfouis, des histoires, son histoire. Donner vie aux voix endormies dans le silence, éclairer les visages des femmes de sa communauté qui l’ont construites pour faire jaillir d’autres couleur de leur visage.

Deux visages d'une femme bamileke (les)