Sunnyside

Henry “Sandy” Jacobs, artiste sonore et comédien âgé de quatre-vingt-dix ans, et son vieil ami et voisin excentrique, l’architecte Daniel Liebermann, vivent une existence décalée sur une montagne du nord de la Californie. Le sage atypique Sandy vit au quotidien, tandis que Liebermann est investi par des projets inachevés et des rêves inaccomplis. Ces nonconformistes, chacun à sa manière, continuent à chercher la perfection dans le monde.

Sunnyside

Ma fille Nora

Nora, la fille de Samira, est partie en Syrie en mai 2013. Depuis, sa mère remue ciel et terre pour la faire revenir à la maison. « Ma fille Nora » est une lettre de Samira à sa fille Nora. Il suit Samira, son combat pour empêcher d’autres jeunes de partir, son voyage à la frontière syrienne et son doulou- reux quotidien, déchiré entre l’espoir et la peur de perdre sa fille dans la guerre en Syrie.

Ma fille Nora

Une vie contre l'oubli

André Dartevelle

André Dartevelle, journaliste et réalisateur belge, a construit pendant plus de 40 ans une œuvre « en résistance », donnant inlassablement la parole aux opprimés. Témoin des conflits du monde, attaché aux questions de société en Belgique et plus généralement au travail de mémoire, il aura mis en lumière les grands combats sociaux et politiques de son temps. A travers son témoignage et celui de ses collaborateurs, il revient avec force sur les moments clés de notre histoire contemporaine.

Une vie contre l'oubli

Beune (la)

Journal de l’hiver 2003 à la Beune. Ma mère, vit seule dans ce hameau du Périgord. Elle regarde encore bien souvent par la fenêtre, en vain. Le silence s’est installé autour de la ferme des voisins, René et Jacquie, depuis leur départ. A la maison de retraite René regarde inlassablement le ciel, chaque jour changeant.

Beune (la)

Collection qui n'existait pas (la)

VO. ST-EN

En juin 2011, Herman Daled décide de se séparer de sa collection d’art conceptuel. Le MOMA de New-York lui a proposé de la racheter. L’homme se retourne sur son passé, celui d’un courant esthétique et philosophique qui a marqué la 2e moitié du XXe siècle. Explorant ce mouvement, le film choisit de tendre un miroir entre un homme et une philosophie.

Collection qui n'existait pas (la)

Mille chemins du temps (les)

VO.FR

«Mille chemins du temps» raconte une aventure industrielle singulière, au cœur de l’histoire des outils de la création cinématographique. L’écri- ture du cinéma s’est nourrie des inventions qui lui ont donné le mouvement, la voix, la couleur... Au service des films, les techniciens ont dans les mains des instruments de plus en plus élaborés pour capter l’émotion, la vie, la vérité, à tra- vers le son et l’image. L’inventeur Jean-Pierre Beauviala et les ingénieurs d’Aaton ont marqué l’histoire du cinéma des dernières décennies, en insufflant aux réalisateurs d’autres façons d’approcher le réel ou de raconter les histoires. La caméra «chat sur l’épaule», le marquage du temps, la «Paluche» sont autant de moyens techniques que de chemins offerts aux ci- néastes, pour aller à la rencontre du public. Avec Eliane de Latour, Manu Bonmariage, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Thierry Michel, François Pain, Claudio Pazienza, Olivier Hespel ...

Mille chemins du temps (les)

Tremor

TREMOR se déploie sous l’impulsion des voix qui le traversent – celles des poètes et des fous, d’une mère ou d’un enfant. De la pensée réflexive au récit spontané, du témoignage à la fiction, chacun prend la parole pour dire son expérience propre de la violence et du conflit. Nous les écoutons tandis que notre regard plonge dans des lieux impossibles à situer de manière fixe. Des bruits venus d’ail- leurs interfèrent et les transfigurent. Poreuse et instable, la matière s’empare de l’image. Survient la musique. Tout se resserre sur la présence du pianiste avant de se diffracter à nouveau.

Tremor

Seconde fugue d'Arthur Rimbaud (la)

VO.FR & VO. ST-EN

Cinq des plus célèbres sonnets du poète Arthur Rimbaud ont probablement été écrits au cours de sa seconde fugue, de Charleville-Mézières en France jusqu'à Charleroi en Belgique, en octobre 1870. Suivant son parcours et confrontant les textes au paysage et à ses habitants, le film dresse un portrait de la vallée de la Meuse et du pays carolo résonnant avec les émerveillements, les nostalgies et les désastres traversés par Rimbaud. 

Seconde fugue d'Arthur Rimbaud (la)